La pandémie de Covid-19 a révélé la capacité d’adaptation des structures de soins, avec une accélération de l’utilisation de soins dispensés à distance. Des travaux réalisés au sein de ComPaRe ont évalué comment les patients souffrant de maladies chroniques imaginaient améliorer leur prise en charge par un modèle hybride mêlant soins délivrés à distance et en présentiel.

Cette étude cordonnée par Theodora Oikonomidi, doctorante à Université de Paris, et le Dr Viet-Thi Tran, co-investigateur de ComPaRe, a fait l’objet d’une publication dans la revue Journal of the American Medical Association (JAMA) Network Open, le 29 décembre 2021.


Dans cette étude, un échantillon de 1 529 patients de ComPaRe a été interrogé, pondéré afin de représenter la population française des patients souffrant de maladies chroniques, ont été interrogés. En fonction des modalités de soins étudiées, les patients estiment que des soins à distance pourraient remplacer 22 à 52 % de leurs consultations actuelles.

Afin de limiter la propagation du virus, de multiples innovations de prise en charge des patients ont été mises en place durant la pandémie. Elles s’appuient sur les nouvelles technologies (téléconsultations, suivi à distance des patients avec des objets connectés, sites en ligne permettant d’autoévaluer la gravité de ses symptômes) ou sont organisationnelles (allongement du délai maximal entre deux ordonnances, possibilité de communiquer directement avec ses soignants par email, etc.).

Il a été demandé aux patients dans quelle proportion et dans quelles circonstances devraient, selon eux, être utilisés les téléconsultations, les sites en ligne permettant d’autoévaluer la gravité de symptômes, et la télésurveillance via des objets connectés.

Les téléconsultations étaient privilégiées par les patients par rapport aux consultations en personne pour 50% de leurs futures consultations. Elles étaient considérées comme très appropriées pour les activités de soins de routine telles que le renouvellement d'une ordonnance ou la discussion au sujet des résultats d'un examen.

« Pour une simple consultation de renouvellement d’ordonnance, la téléconsultation est une super méthode. Mais pour un problème plus complexe, il vaut mieux voir un praticien en personne. » - Patiente anonyme, 39 ans

Les patients préféreraient utiliser les évaluations de symptômes en ligne pour les nouveaux symptômes plutôt que de contacter un médecin dans seulement 22 % des cas. En effet, les patients trouvaient plus rassurant de discuter directement avec leur médecin, en particulier en cas de symptômes atypiques.

« Je n’utiliserais des évaluations de symptômes en ligne que si mon médecin m'envoyait une notification en cas de symptômes ou de comportements le justifiant. » - Patient anonyme, 35 ans

Enfin, les patients préféreraient utiliser la surveillance à distance pour l'adaptation du traitement plutôt que des consultations dans 52 % des cas. La télésurveillance a été jugée appropriée pour évaluer et adapter rapidement le traitement à partir des données relatives aux symptômes, à l'efficacité du traitement et aux effets secondaires.

« C'est rassurant à la fois pour le patient et pour le médecin. Par exemple, [cela montre] si le médicament est bien toléré et s'il n'est pas rejeté [par le patient]. » - Patient anonyme, 84 ans

Pour les patients, les téléconsultations et autres modalités de soins à distance ne sont pas destinées à remplacer la prise en charge traditionnelle fondée sur des consultations régulières avec leur médecin. En revanche, une fois la maladie équilibrée et le patient installé dans une « routine » de soins, les patients estiment que ces nouvelles méthodes de prise en charge pourraient alléger le fardeau de leur traitement et remplacer jusqu’à 50% de leurs interactions traditionnelles avec le monde médical.
Merci à tous les patients qui ont participé à cette étude.

Accès à l'article complet (en anglais) : Journal of the American Medical Association

Le 9/12/21

L’intelligence artificielle au service de la lombalgie chronique

Votre participation aux questionnaires dans ComPaRe Lombalgie Chronique contribue à l’avancée du projet BACK-4P!   ...

Lire la suite

Le 25/11/21

Utter us, un jeu qui sensibilise le grand public à la recherche clinique.

Avec le soutien d'ENDOmind (association endométriose) et de ComPaRe (communauté de patients pour la recherche), des patients, chercheurs, médecins et développeurs de jeux vidéo ont travaillé ensemble pour développer "Utter Us", un jeu vidéo pour ...

Lire la suite

Réseaux sociaux

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris