Gwenola
Atteinte d'endométriose

L'endométriose doit être mieux comprise pour que les patientes puissent être diagnostiquées plus tôt et que l'on trouve des traitements efficaces.


Depuis l'âge de 14 ans, je souffre d'une torture physique innommable [l’endométriose]. Aucun médecin n'a pu me dire ce que j'avais. Certains se sont moqués de moi, ce qui traumatise encore plus...

Je finissais tous les mois aux urgences, presque inconsciente. Je demandais à ma mère de mourir tellement cela était insupportable.

J'ai été diagnostiquée à Dubaï par 2 gynécologues différents, en 2010, soit à l’âge de 37 ans alors que je souffre depuis l'âge de 14 ans…

Très tard, j'ai subi 2 laparoscopies en urgence en 1 an. Je devais me faire ré-opérer 6 mois après la seconde opération mais j'ai refusé car je me sentais beaucoup trop faible et n'étais pas sûre d'en sortir en bon état.

Lors de mes 2 opérations, les médecins ont réalisé que mon état était plus grave encore que le diagnostic initial. Ils m'ont sauvé la vie ! Si je n'avais pas été opérée, je ne sais pas ce qui aurait pu m’arriver…

Aujourd’hui, j'ai des adhérences aux intestins, ce qui occasionne des troubles, et ma vessie a été impactée. J'ai eu des traitements suite à ces 2 opérations mais j'ai continué d'avoir des hémorragies et des douleurs atroces malgré tout cela.

Il y a 3 ans, j'ai passé une I.R.M prescrite par mon gynécologue, juste pour faire un suivi. J'étais confiante et souriante mais je suis ressortie en pleurs. J'étais encore sous l'emprise de cette horrible maladie qui gère ma vie depuis mon adolescence, littéralement.

Mais voilà, rien à faire, aucun spécialiste ne veut m'opérer, je suis incurable et inopérable, l'un d'eux m'a dit que ce serait « une véritable boucherie » [endométriose stade IV]. Je l'ai en moi, elle régule tout ou presque, je dois me gérer et éviter d'en parler car personne ne comprend et je ne veux pas de pitié non plus.

Le 11 juillet une gynécologue m'a posé Mirena [dispositif intra utérin]. J'ai mis 3 mois avant de vraiment être bien, j'ai saigné au moins 3 mois après l'opération. Bientôt, je repasse une énième I.R.M., car mon gynécologue n'a rien pu voir lors de l'échographie, j'ai dû appuyer sur mon ventre afin qu'il voit le stérilet…

J’aimerais que les médecins prennent conscience que les douleurs entraînent des souffrances atroces et abominables. Elles ne doivent pas être un sujet de moqueries… Regardez où j'en suis rendue. J'ai pourtant consulté plusieurs gynécologues, à Dubai, en France, au Portugal et en Angleterre… même verdict ! La douleur est un C.D.D. mais la souffrance un C.D.I.

L'endométriose doit être mieux comprise pour que les patientes puissent être diagnostiquées plus tôt et que l'on trouve des traitements efficaces. Alors venez témoigner de votre expérience dans les questionnaires de ComPaRe afin d’aider la recherche à progresser ! 

Réseaux sociaux

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris